Pragmatique, rationnel, indépendant

La parité et les quotas

Le gouvernement souhaite renforcer la présence des femmes en politique et dans les postes de direction des entreprises. Ainsi, Jean-François Copé propose un quota de 40% de femmes dans les conseils d’administration. Serait-ce une bonne mesure?

Rappelons tout d’abord que, en général, la discrimination positive n’est justifiée que si elle permet de corriger une discrimination négative préexistante. Si cette condition n’est pas remplie, alors une telle mesure créerait une nouvelles source de discrimination ce qui serait, par nature, inacceptable.

Admettons que les femmes soient victimes de discrimination, ce qui expliquerait leur faible représentation dans les postes de responsabilité (en entreprise ou en politique). Si une loi sur la parité comme la propose Mr. Copé est appliquée, alors, pour rétablir l’équilibre, pendant un certain nombre d’années une grande partie des nouveaux entrants seront des femmes. Ainsi, les hommes quinquagénaires resteraient en place tandis que les jeunes promus seront essentiellement de sexe féminin. Ceci créerait une nouvelle source de discrimination négative contre les jeunes hommes sans pour autant diminuer la discrimination dont sont peut-être victimes les femmes quinquagénaires (cette "discrimination" est cependant loin d’être avérée, comme on le discute ici). Il serait donc beaucoup plus juste et judicieux d’imposer la parité par tranche d’âge.

Malheureusement, il est peu probable que, sans une mobilisation très forte de l’opinion publique sur ce sujet, nos dirigeants politiques soutiennent une telle mesure. En effet, si les parlementaires masculins, qui ne pensent qu’à leur réélection, ont voté les lois sur la parité, c’est tout simplement parce que cela a augmenté leur chance de faire face à une candidate jeune et inexpérimentée, qui serait discriminée par un électorat machiste. C’est en tout cas la thèse défendue par Fréchette, Maniquet et Morelli (2008)[1] qui ont montré empiriquement que les lois sur la parité ont servi les intérêts des hommes qui l’ont voté. Or, une loi contraignante sur la parité par tranche d’âge empêcherait certains d’entre eux de se représenter et n’aurait donc aucune chance de recueillir suffisamment de votes pour être adoptée.

On ne peut que regretter que les intellectuels de gauche, toujours prompts à défendre l’égalité républicaine et la justice sociale, soient si silencieux face à ces évolutions.

Jean-Baptiste Michau

Pour en savoir plus :

[1] Fréchette, G.R., Maniquet, F. and Morelli, M. (2008), « Incumbents’ Interest and Gender Quotas », American Journal of Political Science, 52(4), 891-907.

Sign up for La parité et les quotas
An e-mail address is required for users who are not registered at this site. If you are a registered user at this site, please !login to sign up for this event.
CAPTCHA
Cette question a pour but de déterminer si vous êtes bien un visiteur humain, et ainsi prévenir le spam automatique sur le site.
Image CAPTCHA
Copy the characters (respecting upper/lower case) from the image.