Pragmatique, rationnel, indépendant

Comment relancer la croissance ?

L'Europe se dirige vers une économie à croissance faible et à dette publique élevée, comme le Japon. Pourtant, il existe des réformes qui boosteraient la croissance. Cet article fait le point sur la situation, et regrette la timidité des politiciens : http://www.reuters.com/article/2011/09/05/us-europe-economy-reforms-idUSTRE78410620110905.

Rappelons cette identité comptable qui nous permet d'identifier les composants de la croissance économique (ou plus précisément du PIB par habitant, qui est une mesure du pouvoir d'achat moyen) :

Source : http://cpp.hec.ca/cms/assets/documents/recherches_publiees/productivite-et-prosperite-au-quebec-bilan-2010.pdf

A partir de là, les leviers de croissance sont clairs :

 - Augmenter la productivité du travail. Ici, pas de solution miracle, mais on peut proposer quelques pistes. Tout d'abord, il faut favoriser l'éducation supérieure, notamment en donnant une réelle autonomie et une capacité de financement aux universités (voir notre article sur l'éducation). On sait également que le libre échange de biens et services (qui implique la concurrence, l'absence de protectionnisme, et la déréglementation de différentes professions) permet d'augmenter la productivité d'une économie. Enfin, une baisse de l'imposition du capital (ou des revenus du capital) augmenterait l'intensité capitalistique de la production, donc la productivité du travail, et in fine les salaires (plus de détails ici : http://www.eclaireco.org/fr/incidencefiscale).

 - Augmenter les heures travaillées par personne employée par an. On pense à une révocation totale des 35 heures et de tous les dispositifs associés.

 - Augmenter le taux d'emploi. Cela implique de rendre plus facile l'embauche et le licenciement, de simplifier le code du travail, de diminuer le SMIC (qui représente une barrière à l'emploi), et de diminuer les diverses allocations liées au chômage et à l'inactivité (qui encouragent l'inactivité). Nous expliquons en détail pourquoi dans notre article sur les causes du chômage. Cela dit, une autre forme d'inactivité est plus pernicieuse encore : celle des personnes âgées. Comme nous l'avons recommendé avec de nombreux économistes, il faudrait relever l'âge de la retraite à 70 ans et l'indexer sur l'espérance de vie : http://www.eclaireco.org/retraites.

 - Plus généralement, une augmentation des heures travaillées et du taux d'emploi passe par des incitations accrues à l'activité, donc par une diminution des taux marginaux d'imposition sur les revenus du travail. Notre article sur le système fiscal optimal : http://www.eclaireco.org/fr/systemefiscaloptimal

 - Enfin, rajeunir la population n'est pas simple. En particulier, des allocations familiales inconditionnelles sont surtout valorisées par les familles relativement pauvres (donc souvent avec des parents relativement mal éduqués) ou les familles mono-parentales. Or les études montrent que les enfants élevés dans de telles conditions ont une forte probabilité d'échec scolaire, de criminalité, et d'exclusion. Il n'est donc pas forcément pertinent d'encourager la natalité dans ces foyers. Au contraire, il faudrait encourager la natalité dans les foyers type "classe moyenne" dans lesquels les parents ont une bonne éducation, un bon niveau de vie, et vivent ensemble. On pense aux abattements fiscaux sur l'impôt sur le revenu liés à la taille du foyer (i.e., le quotient familial). Quant à l'immigration, elle contribue dans sa forme actuelle à appauvrir le pays (voir notre article http://www.eclaireco.org/immigration), mais il serait pertinent de considérer la mise en place d'un système à points pour attirer les talents (http://www.eclaireco.org/immigrationsolution).