Pragmatique, rationnel, indépendant

Eclairages Economiques - le blog

Le consensus des économistes sur la thèse de Thomas Piketty

Que pensent les professeurs-chercheurs en économie de la thèse défendue par Thomas Piketty selon laquelle la différence entre le taux de rendement du capital et le taux de croissance économique explique la hausse des inégalités?

Dans un panel comprenant les plus éminents économistes actuels, seulement 2% sont d'accord, tandis que 63% sont en désaccord dont 16% fortement en désaccord, et les autres ne se prononcent pas.

Plus de détails ainsi que des commentaires sont disponibles ici: http://www.igmchicago.org/igm-economic-experts-panel

Dette grecque et solidarité européenne

"The EU can really only operate if all its members believe that the other countries will respect their financial commitments to each other and obey European law. Once that idea is conclusively undermined, it will become almost impossible to negotiate future agreements."

Gideon Rachman, Financial Times (source)

Le retour de la crise de la dette publique

"The weak link in the theory was European politics -- and, specifically, the risk that voters would revolt against economic austerity and cast their ballots for "anti-system" parties that reject the European consensus on how to keep the single currency together. (...) Economic distress leads to political radicalization which frightens markets, which leads to higher interest rates, a heavier debt burden and more austerity -- which in turns leads to further political radicalization." Gideon Rachman, Financial Times

Source: http://www.ft.com/intl/cms/s/0/6201efaa-86f4-11e4-982e-00144feabdc0.html?siteedition=intl#axzz3NJsOurkh

L'inculture économique en France

"Le prix Nobel récompense [l'économiste français] Jean Tirole « for his analysis of market power and regulation ». Le journaliste du Monde, se déclarant « spécialisé en macroéconomie et finance » a traduit littéralement « market power » par « pouvoir du marché ». Comme s’il avait lu « power of markets ». Puis, il a écrit au moins deux pages sur le sujet. (...) Le souci est que le « market power » (« pouvoir de marché ») désigne la capacité d’une entreprise à imposer son prix au marché. Il est donc davantage question de l’impuissance du marché et du besoin de régulation qui en découle. En somme, il s’agit d’un contre-sens total. (...) Les journalistes de Libération, du Point, des Echos, du Huffington Post, de France3, de France Inter, etc. se sont montrés encore plus limpides dans leur incompréhension totale du sujet évoqué en traduisant « market power » par « puissance du marché »."

Le déficit français et l'Europe

Le gouvernement français entend de nouveau avoir un déficit au-dessus de la limite de 3% imposée par le pacte de stabilité européen, une requête que doivent accepter les autres pays. Ce faisant, il se voile la face et s'empêtre dans des contradictions. Selon Sylvie Goulard dans le Financial Times (France remains in a state of magical thinking, 1er octobre) :

"“We are not asking,” Manuel Valls, the prime minister, declared before the National Assembly earlier this month. “France makes its own decisions.” He should perhaps reread the law. The Lisbon treaty, of which [France] is a signatory, states that economic polices are “a matter of common concern” that must be co-ordinated with the European Council. In almost the same breath, Mr Valls asked Germany to “shoulder its responsibilities”. If each country makes its own decisions, why did he expect Berlin to listen?"

Source.

Piketty: une dynamique d'accumulation des richesses plausible?

La théorie de Thomas Piketty sur l'accroissement tendanciel des inégalités repose sur un certain nombre de postulats discutables, que l'on peut résumer ainsi:

"Only very extreme scenarios, where every wealthy individual does all of the following at the same time can lead to the sort of explosive inequality dynamics Piketty fears:
1. Marries someone at least as wealthy or bequeaths all wealth to one child.
2. Consumes very little.
3. Avoids paying most taxes.
4. Contributes little to charity or politics.
5. Invests optimally while avoiding Bernie Madoff and his ilk."

Source : http://www.newrepublic.com/article/118925/pikettys-capital-theory-misunderstands-inherited-wealth-today

Une analyse économique de l'insécurité

Alors que la délinquance et la criminalité ne cessent d'augmenter en France, l'analyse économique propose-t-elle des solutions à ces problèmes?

La réponse est positive : les outils d'analyse économiques montrent que le rôle de la sanction n'est pas de punir mais de dissuader. C'est une nuance importante, car la punition que l'on juge appropriée pour un crime ou un délit ne sera pas forcément assez importante pour être dissuasive ! Au contraire, une sanction dissuasive sera suffisamment élevée pour décourager la criminalité.

Plus de détails ici: http://www.eclaireco.org/Crime

L'illusion des inégalités de Thomas Piketty

Les données statistiques présentées par Thomas Piketty ne permettent pas nécessairement de conclure à une augmentation des inégalités au sein de la population. Tout simplement parce que les hauts revenus sont maintenant plus variables au cours du temps, de sorte que l'augmentation de la variabilité de la distribution de revenus pour une année donnée ne reflète pas nécessairement une augmentation des inégalités entre individus.

Plus d'explications ici: http://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/0203690845359-thomas-piketty-et-lillusion-des-inegalites-1033010.php

La Russie derrière l'opposition au gaz de schiste

Il s'avère que la Russie a financé et influencé les groupes écologistes opposés à l'exploitation du gaz de schiste en Europe, afin de maintenir cette dernière dans une situation de dépendance énergétique. Selon le secrétaire général de l'OTAN : "I have met allies who can report that Russia, as part of their sophisticated information and disinformation operations, engaged actively with so-called non-governmental organisations - environmental organisations working against shale gas - to maintain European dependence on imported Russian gas."

Source : http://www.theguardian.com/environment/2014/jun/19/russia-secretly-working-with-environmentalists-to-oppose-fracking

Scoop du Financial Times : des erreurs dans le livre de Piketty

Selon une enquête du Financial Times révélée aujourd'hui, l'ouvrage à sensasion de l'économiste français Thomas Piketty contiendrait un certain nombre d'erreurs dans le traitement des données et les calculs. Plus de détails ici : http://on.ft.com/1vT4ybl

En particulier : "there are transcription errors from the original sources and incorrect formulas. It also appears that some of the data are cherry-picked or constructed without an original source."

Que penser du Capital de Piketty ? http://www.eclaireco.org/Piketty

Que penser du "Capital" de Piketty

Pour Greg Mankiw, Professeur à Harvard:

"Point 1 [the history of inequality and wealth.] is a significant contribution. "

"Point 2 [the forecast of how things will evolve over the next century] is highly conjectural. Economists are really bad at such things. In particular, the leap from r>g to the conclusion of a growing role of inheritance in society seems too large to me. Many capital owners consume much of the return on their capital, so wealth does not grow at rate r. (...) In addition, wealth per family shrinks as it is split among children. (...) [NB: r est la rentabilité de l'épargne et g est le taux de croissance économique]

"Point 3 [policy recommendations] is as much about Piketty’s personal political philosophy as it is about his economics. As we all know, you can’t get “ought” from “is.” (...) No amount of economic history will tell you that John Rawls (and Thomas Piketty) offers a better political philosophy than Robert Nozick (and Milton Friedman)."

Source : http://gregmankiw.blogspot.ca/2014/04/first-thoughts-on-piketty.html

Le face-à-face Mankiw vs Piketty : http://onpoint.wbur.org/2014/04/29/piketty-mankiw-inequality-america-middle-class

Un bon résumé critique du livre par Larry Summers, Professeur à Harvard, ancien Président d'Harvard, ancien économiste en chef de la Banque Mondiale, et ancien secrétaire au Trésor américain :  http://www.democracyjournal.org/32/the-inequality-puzzle.php?page=all

Quelques chiffres sur les émigrés français

"D'après l'étude de la Maison des Français de l'étranger il s'agirait d'une population fortement diplômée: plus de la moitié des personnes interrogées sont titulaires d'un master ou d'un doctorat. 79% travaillent (contre 64% pour la population nationale), 57% des actifs gagnant plus de 30 000 € nets par an (alors que selon l'INSEE le revenu annuel net moyen français en 2010 s'élevait à 19 500 €)."

Source : http://www.lefigaro.fr/vox/economie/2014/05/07/31007-20140507ARTFIG00393-et-si-on-parlait-aussi-d-emigration.php

L'impact des réglementations sur la croissance économique

On savait depuis longtemps que l'avalanche réglementaire était néfaste pour la croissance économique, mais il est bien entendu difficile de quantifier son impact. Des Professeurs y sont récemment parvenu, et leurs résultats sont spectaculaires. La réglementation aurait en effet réduit le taux de croissance économique d'environ deux points de pourcentage par an depuis un demi-siècle, si bien que l'effet cumulé est colossal:

"regulation added since 1949 has reduced the aggregate growth rate on average by about two percentage points over our sample period. (...)
We use our series in an equation derived from endogenous growth theory to examine regulation's effect on the time paths of output and total factor productivity (TFP) and secondarily on the paths of labor and capital services. The major effect is on the growth rate of output. (...) As usual with the compound effect of growth rates, the accumulated effect of a moderate change in the growth rate leads to large effects on the level over time. In particular, our estimates indicate that annual output by 2005 is about 28 percent of what it would have been had regulation remained at its 1949 level."

Source: Journal of Economic Growth, http://link.springer.com/article/10.1007/s10887-013-9088-y

Temps de travail : des raisons d'espérer

Nous avons déjà souligné les conséquences dévastatrices d'un temps de travail moindre pour le pouvoir d'achat et la croissance économique : www.eclaireco.org/travail

Or une majorité de salariés souhaiterait "travailler plus pour gagner plus" selon un sondage récent : http://www.lefigaro.fr/emploi/2014/04/22/09005-20140422ARTFIG00020-plus-d-un-salarie-sur-deux-pret-a-faire-des-heures-supplementaires-pour-gagner-plus.php  Dommage que la réglementation actuelle soit encore axée sur un temps de travail réduit.

Dépenses publiques : des raisons d'espérer

Deux sondages donnent des raisons de croire qu'une réduction des dépenses publiques, notamment des diverses allocations sociales, est politiquement faisable. Premièrement, une grande majorité de Français est favorable à une baisse des dépenses publiques. Source : http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20131118.AFP2456/sondage-les-fran...

C'est une excellente nouvelle : à 57% du PIB, la dépenses publique est en effet excessive www.eclaireco.org/depensespubliques Ensuite, ils souhaiteraient moins cotiser à l'assurance chômage, quitte à toucher moins d'allocations en période de chômage. Pour éviter que les autres n'exploitent le système, ils sont également favorable à la termination des allocations chômage pour un chômeur qui refuse deux offres d'emploi. Source : http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2014/02/01/20002-20140201ARTFIG00081-...

Nous rappelons en effet dans cet article www.eclaireco.org/causeschomage que les données montrent que les chômeurs ont tendance à prolonger leur période de chômage pour bénéficier des allocations. 

Enfin, les dépenses publiques sont parfois du pur gaspillage, comme nous le rappelle cet article sur les agences d'Etat inutiles et pourtant très coûteuses : http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2014/05/01/20002-20140501ARTFIG00038-ces-agences-d-etat-inutiles-et-aux-missions-obscures.php

Syndiquer le contenu