Pragmatique, rationnel, indépendant

Faut-il sauver General Motors et Volkswagen?

En Europe comme aux Etats-Unis, des voix s’élèvent pour que les Etats se portent au secours des compagnies automobiles. Après tout, ils ont bien secouru les grandes méchantes banques. Certes, mais ces dernières sont les poumons de l’économie. Sans crédit, sans réallocation des ressources, sans financement des investissements, l’économie ne peut survivre. Par ailleurs, la faillite de certaines banques fragilise dangereusement toutes les autres banques, y compris celles qui bénéficient de bons fondamentaux. Au contraire, au cours d’une récession qui se traduit par une augmentation nécessaire de l’épargne dans les pays développés qui ont vécu à crédit, il est normal que les achats d’automobiles ralentissent. Certains constructeurs feront faillite ou se feront racheter. A moyen-terme, moins de voitures seront produites pour les consommateurs de ces pays, et elles seront probablement plus chères. Il n’y aucune raison pour que l’Etat entrave cet ajustement. Sinon le corporatisme et le populisme, qui sont il est vrai un point fort de nos dirigeants. Il semble qu’en sauvant à raison et sans coût net les banques, les Etats Occidentaux ont ouvert la porte à toutes les demandes d’argent public possibles et imaginables. Un très bon article sur ce thème :

PS: Au dernières nouvelles, l'administration Bush et les Républicains sont opposés à un "bail-out" des constructeurs américains. Ils préfèrent des restructurations, afin de résoudre les problèmes structurels comme l'effondrement des parts de marché et des coûts exorbitants (voir le post de blog ci-dessus). Au contraire, les Démocrates sont favorables à un bail-out. Le point de vue de Mitt Romney:
http://www.nytimes.com/2008/11/19/opinion/19romney.html