La Bourse en 2010: les actions oui, les obligations non, et attention à l'euro