Pragmatique, rationnel, indépendant

Send to Friend

Un article d'Eclairages Economiques%message %body

Eclairages Economiques - Newsletter Juin 2010

Edito : La notion d'acquis social

Il est incontestable qu'une réforme du système de retraites est indispensable : tout simplement parce qu'il est mathématiquement impossible de ne changer ni les cotisations retraites, ni les prestations retraites, ni l'âge de départ à la retraite (voir notamment notre article www.EclairEco.org/fr/Retraites). Le seul argument qui semble être avancé par les opposants à une réforme pourtant incontournable du système de retraite est la notion d'"acquis social".

Pourtant, cette notion est bancale. On a en effet envie de demander à la "vieille gauche" (la gauche sans DSK et Manuel Walls) et aux Verts à quel niveau un acquis social devient excessif. Par exemple, si un gouvernement un peu fou-fou était élu et faisait passer la retraite à 55 ans, cela constituerait-il un acquis social sur lequel on ne peut revenir ? Quid de la retraite à 50 ? 40 ans ?

Ces questions soulignent la tendance des grands prêtres de "l'acquis social" à nier qu'on ne peut pas tout avoir. Ils voient la politique en termes de rapport de force entre les "travailleurs" et le "pouvoir", et essayent d'obtenir un maximum de concessions. Même si cette approche peut fonctionner à l'échelle de groupes d'intérêts (on pense par exemple aux cheminots de la SNCF ou aux employés de la Banque de France, qui bénéficient de conditions très avantageuses), cette approche ne peut pas fonctionner au niveau d'un pays. Tout simplement parce que si tout le monde travaille moins, donc produit moins, on ne pourra pas en même temps tous consommer plus.

Pour être parfaitement clair, le prix de la retraite à 60 ans pour tous les Français, c'est une production agrégée moindre, donc un pouvoir d'achat moindre. C'est plus de loisir sous la forme d'une longue retraite mais avec moins de pouvoir d'achat. C'est un choix, mais pourquoi s'agirait-il d'un "acquis social" ? Pourquoi "travailler plus pour gagner plus" représenterait nécessairement une régression sociale ?

L'acquis social semble être une expression vide de sens que l'on brandit tel un épouvantail pour mettre un terme au débat et passer sous silence les arguments économiques auxquels on n'a pas de réponse.

Le seul débat légitime, à notre avis, est de déterminer si le choix d'âge de départ à la retraite doit être au niveau individuel (chacun décide pour soi) ou au niveau collectif (quelques uns décident pour tous). Dans la mesure où chaque personne a des préférences différentes, fait face à des circonstances et à des contraintes différentes, et que nous vivons dans une société libre, nous pensons que les individus devraient être libres de faire ce choix pour eux-mêmes, et d'en subir les conséquences. Par exemple chacun pourrait partir à la retraite relativement tôt mais avec une pension moindre, et inversement. Nous expliquons dans cet article comment rendre cela possible : www.EclairEco.org/fr/SolutionRetraites.

 

Eclairages sur... l'indigestion de dette publique de l'Europe

Une vidéo à la fois hilarante (humour très anglais) et inquiétante : www.EclairEco.org/fr/node/325

Le déficit public français inquiète : http://www.EclairEco.org/fr/node/324

Enfin, un nouvel article sur la répression financière : qu'est-ce c'est, et pourquoi c'est pour bientôt : http://www.EclairEco.org/fr/RepressionFinanciere

 

 

Eclairages Economiques est une Association loi 1901.

www.EclairEco.org

Contact : info at EclairEco.org

Fichier attachéTaille
Newsletter_10Juin.PDF32.42 Ko
CAPTCHA
Cette question a pour but de déterminer si vous êtes bien un visiteur humain, et ainsi prévenir le spam automatique sur le site.
Image CAPTCHA
Copy the characters (respecting upper/lower case) from the image.