Pragmatique, rationnel, indépendant

Send to Friend

Un article d'Eclairages Economiques%message %body

Eclairages Economiques - Juillet 2010

Edito : L’euro a-t-il le même destin que l'étalon or ?

Un article provocateur du Financial Times compare l'euro à l'étalon or. Dans les deux cas, l'adhérence soit à une convertibilité de la monnaie en or soit à une monnaie unique impose des contraintes sur les politiques budgétaires et monétaires (ce qui n'est pas forcément une mauvaise chose, comme expliqué ici : www.EclairEco.org/fr/PolitiqueConjoncturelle).

Qui plus est, dans les deux cas, les pays ne peuvent dévaluer pour obtenir un ajustement à la baisse des prix (réels) internes et ainsi restaurer leur compétitivité. En particulier, dans le cas où les salaires nominaux sont rigides à la baisse, la restauration de l'équilibre sur le marché du travail impose une montée du niveau des autres prix. Celle-ci peut-être obtenue soit directement par une forte augmentation de la masse monétaire qui génère l'inflation (et génère également une dépréciation de la monnaie), soit indirectement par une dévaluation (qui génère également de l'inflation).

Avec l'euro et une politique monétaire unique menée par une banque centrale indépendante, non seulement les pays ne peuvent plus dévaluer, mais leur monnaie ne peut pas se déprécier, et il leur est impossible de relancer l'inflation. Résultat : les rééquilibrages sont impossibles avec des salaires nominaux rigides à la baisse, et des pays comme l'Espagne se retrouvent avec 20% de chômage, dont 40% de chômage pour les jeunes. 

Comment sortir de cette impasse ? La solution passe vraisemblablement soit par la sortie de la zone euro pour un certain nombre de pays, soit par une relance délibérée de l'inflation dans la zone euro. En l'absence de telles mesures, les pays en difficulté (dont la France) ont le choix entre un chômage de masse ou des salaires nominaux et réels en baisse. Dans les deux cas, de graves crises sociales sont au rendez-vous.  

Comme dans les années 1930, la France va-t-elle être un des derniers pays à quitter le navire ? Ou va-t-elle parvenir à jouer de son influence pour convaincre la BCE d'augmenter l'inflation pour permettre le rééquilibrage en douceur de l'économie européenne ? Convaincre l'Allemagne ne sera pas chose facile.

On voit déjà les limites de l'expérience européenne, avec des pays comme l'Allemagne ou les Pays-Bas dont les préférences et les besoins n'ont rien à voir avec ceux de pays comme la Grèce et le Portugal. Le grand écart ne pourra pas durer indéfiniment.

 

Eclairages sur... les comportements prudents des entreprises et des consommateurs

Pourquoi les entreprises et les consommateurs n'investissent-ils pas et ne consomment-ils pas ? Du fait de l'incertitude sur les actions futures des gouvernements, qui génère de l'épargne de précaution et des comportements attentistes. Pour mettre un terme à ces comportements qui brident la croissance, les gouvernements gagneraient à se lier les mains pour rassurer les agents économiques. 

http://www.economist.com/economics/by-invitation/guest-contributions/brad_delong_wrong_governments_are_source_uncertainty_not

 

 

Eclairages Economiques est une Association loi 1901.

www.EclairEco.org

Contact : info at EclairEco.org

Fichier attachéTaille
Newsletter_10juillet.PDF34.29 Ko
CAPTCHA
Cette question a pour but de déterminer si vous êtes bien un visiteur humain, et ainsi prévenir le spam automatique sur le site.
Image CAPTCHA
Copy the characters (respecting upper/lower case) from the image.