Pragmatique, rationnel, indépendant

Send to Friend

Un article d'Eclairages Economiques%message %body

La crise grecque: finalement un dénouement?

Une nouvelle crise financière se prépare pour la semaine prochaine. Hier, vendredi 27 juin, le premier ministre grec Alexis Tsipras a proposé un référendum pour demander aux citoyens grecs s'ils acceptent les conditions des institutions européennes en contrepartie du prolongement du soutien financier de ces dernières. Face à l'urgence et à la mauvaise foi du gouvernement grec qui faisait trainer les négociations depuis plusieurs mois et faisait déjà campagne pour que le "non" l'emporte au référendum, les ministres des finances européens ont aujourd'hui décidé l'arrêt des transferts monétaires vers la Grèce dès mardi.

Les banques grecques, qui faisaient déjà face à une panique bancaire, vont vraisemblablement voir celle-ci s'amplifier. Les instances grecques et européennes considèrent maintenant la mise en place de contrôle des mouvements de capitaux pour juguler une fuite massive d'argent hors de Grèce. Rappelons que les institutions européennes, notamment la BCE, ont acheté massivement de la dette grecque depuis plusieurs années, mais elles ont également refinancé les banques grecques alors que la valeur des actifs de ces dernières était très incertaine. En effet, ces banques détiennent essentiellement de la dette publique grecque, et elles ont accordé des prêts aux entreprises et aux ménages, surtout en Grèce. En cas de défaut de paiement, la valeur de la dette publique grecque serait bien évidemment fortement réduite. Quant aux entreprises grecques, elles sont maintenant en situation très précaire du fait de la situation du pays : depuis le début de l’année, soixante d'entre elles font faillite par jour en moyenne. Enfin, les ménages n'ont souvent plus les moyens de rembourser leur dette, qu'il s'agisse d'hypothèques ou de prêts a la consommation, et certains choisissent même de ne plus payer d'intérêts. Source.

Quelques mots enfin du Professeur John Cochrane sur les transferts monétaires de l’Europe vers la Grèce : "The big Greek bailout already happened. Private investors, largely European banks, who held Greek government debt got to sell their debt to government and IMF. (...) One way of viewing the current slow motion crisis is an invitation for ordinary Greeks to join these investors. Take euros out of the bank. The government default will happen, possibly with bank closures, capital controls, currency exit, and expropriation. But lending to Greek banks is now bailed out, with the losses sent to Europe via the ECB, just as German banks' lending to Greek banks was bailed out in the first round." Source.

Un très bon résumé de la crise.

PS (nouvelles du 28 juin): la BCE a décidé dimanche de ne pas étendre son programme de refinancement des banques grecques (Emergency Liquidity Assistance), ce qui pourrait avoir pour conséquence une fermeture des banques dès lundi et l'imposition de contrôle sur les mouvements de capitaux accompagnée d'une sortie de la Grèce de l'euro à court terme. Source.

CAPTCHA
Cette question a pour but de déterminer si vous êtes bien un visiteur humain, et ainsi prévenir le spam automatique sur le site.
Image CAPTCHA
Copy the characters (respecting upper/lower case) from the image.